Guide Silo

Coop de France - métiers du grain

Chemin : maîtrise des risques et icpe > description des risques dans les silos de céréales > risques d'incendie > incendie dans les équipements et installations

Recherche

ok

L’incendie des bandes transporteuses

Depuis l’arrêté du 29 juillet 1998 aujourd’hui abrogé les bandes transporteuses ont été remplacées par des bandes non-propagatrices de l’incendie conformes à la norme NF EN 20 340 durant les années 1999 et 2000.


Description du risque
Les éléments de retour d'expérience tirée de l'accidentologie (1994 - 2005), montrent que 11 sinistres impliquant des bandes ont eu pour conséquences un incendie. Parmi ces 11 incendies, 4 se sont développés bien que la bande transporteuse ait été conforme à la norme NF EN 20 340.

Les récentes analyses (essais réalisés en collaboration avec un fabricant de bandes et de sangles montrent que la propagation de l'incendie des bandes ignifuges est entretenue par "l'effet four" ou "l'effet tunnel". Pour ces bandes, "l'effet four" est un catalyseur pour l'incendie.

Au delà des bandes non propagatrices de la flamme, la présente analyse traite de l'incendie de tous types de bande transporteuse utilisées dans les silos de grains.


Triangle feu + effet four
Combustible
Dans ces incendies, le combustible considéré est la bande. Les grains présents sur cette bande sont aussi combustibles et peuvent contribuer à l'incendie.
Les bandes utilisées dans l'industrie des céréales sont principalement composées de caoutchouc (carbone et d'hydrogène sous la forme C8 H7). Bien que la mise en œuvre sous forme de composition textile stratifiée ainsi que les traitements et additifs utilisés les rendent non propagatrices de la flamme au sens de la norme NF EN 20 340, elles restent combustibles et donc capables d'entretenir un incendie sous forte charge calorifique.

Source d'inflammation
L'incendie de bandes est généralement initié par l'apport d'une source d'énergie extérieure.
Sur un dispositif de transport de grains par bande, les sources d'ignition suivantes peuvent être identifiées :

transmission de la chaleur par conduction à l'arrêt

 

  • Patinage de la bande sur le tambour d'entraînement et échauffement
  • Travaux par point chaud
  • Echauffement suite à un déport de bande ou à une perte de tension par allongement
  • Incendie d'autres équipements ou installations à proximité de la bande

Comburant (effet four)
Le comburant est l'air ambiant. La particularité dans les incendies de bandes non propagatrices de la flamme est la contribution combinée de :

  • "l'effet four" qui se traduit par le maintien de la température des fumées
  • "l'effet tunnel" par le renouvellement de l'air comburant.

En l'absence de la combinaison de ces deux effets, il est constaté que l'incendie des bandes non propagatrices de la flamme ne se développe pas.


Configurations possibles



Point de détail sur les (*) réservé aux abonnés (lire ici)

(*) : Selon l'encombrement (rapport section/ longueur) des galeries, du tunnel ou du local où se trouve la bande, il peut exister une turbulence d'air similaire à un "effet four". Cependant, l'effet four restera plus marqué pour une bande capotée et installée à l'extérieur (généralement en hauteur) que pour les bandes non capotées et installées à l'intérieur d'un local (galeries).


Effets des incendies de bandes

En fonction de la configuration des installations, les effets des incendies de bandes peuvent aller du simple dégagement localisé de fumée à la destruction totale des structures par un incendie.
(Cf annexe : "Analyse du retour d'expérience incendie bandes" à télécharger dans la colonne de droite)

Généralement, les principales conséquences pouvant découler d'un incendie de bande sont :

  • incendie total de la bande ;
  • propagation de l'incendie aux enceintes de stockage en communication (par les combles ou par les orifices de remplissage) sauf en cas de barrières de protection (cantonnement ou découplage);
  • atteinte aux structures sous l'effet de la chaleur : fragilisation et effondrement de certaines structures métalliques ;
  • effet domino : initiation d'une explosion poussières et d'un incendie.

Conséquences :
Hormis les effets localisés de l'incendie, le rayonnement thermique peut induire des effets de propagation.
L'occurrence et l'ampleur de ces conséquences sont liées à la configuration des installations (bandes communiquant avec un stockage; "effet four" + "effet tunnel" ; présence d'atmosphère explosible ; … ).

De manière synthétique, le tableau ci-dessous donne quelques conséquences plausibles selon les configurations déterminées.


Propagation par rayonnement
Comme tous les incendies importants, l'incendie d'une bande ou l'incendie initié par une bande peut se propager par rayonnement thermique.
Cependant, si l'incendie de la bande est limité à la bande seule, les quantités de combustibles mises en jeu sont faibles et donc insuffisantes pour entraîner rayonnement thermique important.

Conditions aggravantes
L'incendie consécutif à la combustion de la bande peut aussi induire une explosion de poussières si trois autres conditions sont réunies simultanément pour constituer l'hexagone de l'explosion :

  • le combustible est en suspension ;
  • la concentration de poussières combustibles dans l'air atteint un seuil minimum d'explosibilité (L.I.E. : Limite Inférieure d'Explosibilité) ;
  • le volume est confiné ou partiellement confiné.


Mesures de maîtrise du risque d'incendie de bande
Obligation réglementaire

Arrêté Ministériel du 29/03/04 modifié :

Article 9 :

"Les appareils et systèmes de protection susceptibles d'être à l'origine d'explosions notamment lorsqu'ils ont été identifiés dans l'étude de dangers, doivent au minimum :
- appartenir aux catégories 1D, 2D ou 3D pour le groupe d'appareils II (la lettre "D" concernant les atmosphères explosives dues à la présence de poussières) telles que définies dans le décret n°96-1010 du 19 novembre 1996, relatif aux appareils et aux systèmes de protection destinés à être utilisés en atmosphère explosible;
- ou disposer d'une étanchéité correspondant à un indice de protection IP 5X minimum (enveloppes "protégées contre les poussières " dans le cas de poussières isolantes, norme NF 60-529), et posséder une température de surface au plus égale au minimum : des 2/3 de la température d'inflammation en nuage, et de la température d'inflammation en couche de 5 mm diminuée de 75°C."

Article 15 :

"Les installations de manutention sont asservies au système d'aspiration avec un double asservissement: elles ne démarrent que si le système d'aspiration est en fonctionnement, et, en cas d'arrêt du système d'aspiration, le circuit doit immédiatement passer en phase de vidange et s'arrêter une fois la vidange terminée, ou s'arrêter en cas d'arrêt du système d'aspiration, après une éventuelle temporisation adaptée à l'exploitation.

Les transporteurs à bandes sont équipés de bandes non propagatrices de la flamme


Mesures de prévention et de protection

Les mesures de maîtrise des risques sont des barrières face aux éléments constituant les sommets du " triangle de feu".

Le tableau ci-dessous résume quelques mesures souvent utilisées dans la pratique.

 


Réduction du potentiel de danger

Les transporteurs à bande sont utilisés pour la manutention horizontale des grains, notamment lors des ensilages, des chargements des wagons et des transferts entre les installations de stockage. Ces transporteurs peuvent admettre des débits unitaires élevés.

Dans un grand nombre de cas (lorsque le débit unitaire est inférieur à 300 t/h), il est possible d'assurer la même fonction de manutention (horizontale) avec des transporteurs à chaîne. Ces derniers ont des vitesses plus lentes mais aucun de leurs composants n'est combustible comme une bande.